Bourgeoisie Dévoyée Imprimer
Pays : France
Anne : 2010
Dure : 125 minutes

Réalisation : Christian Lavil
Interprétation : Helena Karel, Cécilia Vega, Graziella Diamond, Anna Polina, Charlotte de Castille, Naomie Lips, Karmen Diaz, Alban Ceray, Pascal St James, Titof, Tony Carrera, Ian Scott


Synopsis : Portrait d'une famille bourgeoise "bien sous tous rapports", tout au moins en apparence. Mais vu de l'intérieur, ce n'est qu'arrivisme, intérêt, débauche, tyrannie, exploitation et harcèlement sur le personnel de maison.

Notre avis :
Par Florent B.

Fans des scénarios de Christian Lavil parsemés d'humour, aux répliques mordantes, attendez-vous à une légère déception. Si Bourgeoisie dévoyée reste au dessus de l'immense majorité des productions de films X, et du niveau des habituelles productions Alkrys, il ne renouvelle pas la réussite de l'excellent Marie-Noëlle. Les répliques sont parfois convenues, les situations prévisibles, et les dialogues manquent de rythme. On chipote un peu, mais Christian Lavil a hissé le cinéma porno à un joli niveau, et cela peut expliquer notre petite déception.

Heureusement, Bourgeoisie dévoyée demeure un vrai bon film de boules, agrémenté de nombreuses scènes de cul (plus d'une quinzaine), elles-mêmes suffisamment longues et parfaitement filmées. C'est bien simple, il n'y en a pas une seule de ratée et il est difficile de choisir la meilleure. A ce niveau de qualité, les préférences sont forcément subjectives, et c'est souvent l'actrice qui est déterminante.

Alors toutes ne sont certes pas très bonnes comédiennes, loin s'en faut. Mais elles compensent heureusement par un véritable appétit charnel qui ne peut que laisser songeur. A titre personnel, je suis toujours subjugué par l'enthousiasme sexuel de Cécilia Véga. Mention spéciale également à Charlotte de Castille, pour sa scène dans la voiture avec Pascal St James… et un levier de vitesse !

Enfin, ultime plaisir de ce film : la présence du trop rare Alban Ceray dans le rôle du grand bourgeois strict mais pervers.

Laissons le mot de la fin à Loïc Luke : "Toutes les bourgeoises sont des salopes, mais ça ne se dit pas". Trop tard, c’est dit...



Notre avis :
Par Florent B.

Avec ce film ambitieux, on a droit à un deuxième DVD pour les bonus comprenant :

- Les traditionnelles bandes-annonces d'autres productions Alkrys (Immorale, Jeunes et déjà veuves, Les Grimpeuses, Bienvenue au Gite des culs trempés, Les Campeuses à la ferme, P'tis culs pour gros cubes, Putain de week end, Marie-Noëlle, Blanche, Alice, Sandy et les autres) ;

- Un excellent making-of de cinquante minutes ;

- Six scènes solos : Graziella Diamond au bord de la piscine (scène ancienne vu qu’elle y porte encore les cheveux longs) ; Cécilia Véga en extérieur, s’adressant à la caméra (un instant, j'ai cru qu'elle se branlait juste pour moi. Troublant !) ; Karmen Diaz dans un sauna ; Anita Hengher en costume de soubrette ; Charlotte de Castille et un intéressant jeu de lumières apportant une certaine distinction à cette scène plutôt hard ; Naomie Lips, démontrant qu'à son âge, elle a de superbes restes ;

- Huit interviews d'intérêt inégal d’Alban Ceray, Anita Hengher, Anna Polina, Karmen Diaz, Cécilia Véga, Charlotte de Castille, Graziella Diamond et Helena Karel.

Si tous les films de cul avaient des bonus pareils, les spectateurs ne se contenteraient plus de télécharger, ils achèteraient les DVD !