X-Intime
Sommaire
Sites partenaires
  MMM100

Mangez-moi

Pays : France
Année : 2011
Durée : 78 minutes
Editeur : JBR Media

Réalisation : John B. Root
Interprétation : Liza del Sierra, Coco Charnelle, Jasmine Arabia, Katia dé Lys, Pauline Cooper, Phil Hollyday, Titof, Rico Simmons, Michael Cheritto, Christophe Bier
Musique : Luigee Trademarq

Synopsis :
Qui a tué Elena ? Tout le monde est suspect, dans cette somptueuse villa où se croisent notamment Arthur, scénariste en proie à l’angoisse de la page blanche, Rico, l’ex d’Elena, Marion, la servante jalouse de son mari, Bulle et Belle, les autostoppeuses louches, ou encore Francis, le jardinier violent. Un inspecteur mène l’enquête, cuisinant les témoins un à un.

Notre avis : Porno-Polar
Par Anthony S.
Il y a quelque chose de pourri dans le royaume du porno. Budgets étriqués, tournages à la chaîne, gonzos sans le moindre effort de mise en scène, pseudo-parodies réalisées sans la plus petite notion de cinéma – au point qu’on se demande parfois si réellement le combat vaut d’être mené… Et au milieu de cet univers qui se consume peu à peu dans l’indifférence générale, parfois, une embellie, un soupçon d’espoir, un film qui n’assimile pas le spectateur à un consommateur, mais propose au contraire une expérience autre, visuelle et/ou narrative, en un mot une expérience cinématographique, dans laquelle les scènes pornos sont dictées, voire bornées, par le scénario. Des films insolites, donc, qui s’attachent aux regards, aux visages, et qui parviennent à construire une histoire, esquisser une atmosphère, dessiner des sentiments, des émotions, au détriment de ces fameuses scènes de cul réduites ici à quelques simples plans. Des exemples ? Il y en a. Peu… Ces dernières années, Histoire(s) de sexe et Infidélité d’Ovidie (et Jack Tyler pour le premier), principalement. Auxquels on peut aujourd’hui ajouter Mangez-moi, incroyable polar porno, à moins que ce ne soit l’inverse, et accessoirement meilleur film à ce jour de de John B. Root. Pas un novice celui-là puisqu’en 2004, avec Inkorrekt(e)s, il avait déjà proposé aux spectateurs l’expérience singulière d’un film quasiment dénué de scènes pornos, la plus longue durant à peine cinq minutes : des dialogues, des personnages, des échanges, et, par-ci, par-là, une pénétration, un cunnilingus, une pipe…  Les films de ce calibre se font rares ces dernières années, très rares, quatre, cinq titres tout au plus, ce qui les rend d’autant plus précieux. Traitons-les donc comme de vrais films.

Nous avions tous plusieurs bonnes raisons de détester Elena, et probablement tout autant de souhaiter sa mort. Parce qu’elle était mystérieuse, belle et désirable. Parce qu’elle le savait. Parce qu’elle prenait la vie et les hommes pour un supermarché dans lequel il suffisait de piocher ce que l’on voulait consommer : son ex Rico, le jardinier Francis... On avait tous une raison de haïr ce pouvoir, cette emprise qu’elle avait et dont elle abusait. « C’est trop calme ici, y a un truc qui va se casser… », dit-elle lucidement dans ce qui reste la plus belle et la plus trouble des scènes du film. Elena, c’est le personnage féminin par excellence, celui vers lequel tend toute l’œuvre du réalisateur. Une femme forte, maîtresse de son destin et de ses envies, baiseuse invétérée à laquelle Liza del Sierra, plus belle que jamais, prête tout son talent. Une femme aussi qu’on ne cernera ni possèdera jamais et qui restera pour toujours une énigme, un fantasme, aux yeux de ceux qui l’ont côtoyée, spectateur compris, et ce malgré l’enquête aux petits oignons (c’est le cas de le dire) d’un inspecteur de police.

C’est aussi une femme troublée par toutes ces choses qu’elle a vues et que nous, humains, ne pourrions croire ; une femme perdue, « paumée », magnifiée par l’objectif de John B. Root qui l’effleure, la scrute, tentant inlassablement de percer les mystères qu’elle recèle, la cernant de personnages énigmatiques tous potentiellement coupables - et tous sans exception ou presque très bien interprétés. Une femme qui sait qu’elle va mourir, même si elle ne le dit pas clairement (citant les derniers mots du replicant Roy Batty dans Blade Runner, Elena en omet d’ailleurs la dernière partie qui n’est autre que… « Il est temps de mourir »), et qui nous poursuit, imprimée sur nos rétines via ce générique, photo d’elle abimée, scintillante, brûlée par la caméra. Puis, même une fois morte, elle reste parmi nous, conservant sa place à table.

Bon OK, tout ça c’est bien beau mais bandant, le film l’est-il ? Oui, et à plus d’un titre. Certes, si l’on se réfère au simple cahier des charges du pornfan et à ses basiques espérances de produit masturbatoire, le film en est bien loin. Peu de scène de cul, on l’a dit - le film proposant néanmoins le minimum syndical, via trois scènes majoritairement, dont une de huit minutes réunissant la classieuse Jasmine Arabia avec Liza et Mike Angelo. Alors bandant, vraiment ? Oui, car Mangez-moi transpire, quasiment de la première à la dernière image, le sexe et la sensualité. Oui, car Mangez-moi accumule les dialogues équivoques, les situations érotiques, les plans charnels. Et cet érotisme permanent, parfois accompagné d’une certaine cruauté (le douloureux personnage de Pauline Cooper, accablée, éplorée, qui découvre avec stupeur le cunnilingus), accentue cette atmosphère trouble, malsaine, éloignant ce film dans le film de la « matière froide », pour reprendre l’expression de Monsieur Bier, devenue aujourd’hui la norme dans le porno. L’Eros et le Thanatos, deux thèmes rendant le film plus noir que jamais, déjà abordés dans la filmographie de B. Root, dans Ludivine par exemple - avec son créateur en panne d’inspiration, oh !, tiens, autre accointance entre les deux films.

Revenons justement quelques instants sur cette « matière froide », sujet de désaccord entre Arthur et son psychiatre. « Un film, explique le psy, ça ne s’adresse pas simplement à vos instincts. Ca raconte une histoire, ça fait appel à votre intelligence, à votre sensibilité, avec une narration, des personnages ». Arthur, scénariste sur un porno d’auteur « type Shorbus ou Ken Park » après avoir été producteur pop (dans Dis-moi que tu m'aimes), se retrouve en panne d’inspiration. Face à la page blanche, et sur les conseils de son psy, il fuit cette matière froide, enfourchant sa moto à la recherche de son histoire ou de ceux qui la lui souffleront, à la recherche de l’histoire qui se déroule sous nos yeux. Film dans le film, Mangez-moi est aussi l’histoire de cette quête, celle d’un porno débarrassé des passages obligés du genre, de ses quotas imposés, celle d’une œuvre qui repousse ses propres limites, qu’elles soient narratives (la structure Rashomon-like plus que jamais nécessaire ici), visuelles (les expérimentations numériques), auditives (la sublime partition de Luigee Trademarq, complice de toujours)… Arthur a finalement terminé son scénario, il « le tourne en septembre ». John, aussi, a tourné le sien en septembre. Le résultat ? Une sorte de méta-porno constituant le sommet de son œuvre, déjà l’une des plus belles du genre en France. Un porno-polar passionnant que l’on aura de cesse de revoir, en en (re)découvrant à chaque fois les couches successives. Quand on lui disait, à l’avant-première de Dis-moi que tu m’aimes, qu’on adorait ses films, John nous répondait qu’il n’était « qu’un cinéaste porno, rien de plus, les mecs ». Rien de plus, vraiment ?...

Editeur :
- Toutes les vidéos de JBR Media

Lien(s) :
- Explicite-Art : le site officiel de John B. Root
- Explicite-Pass : site de John B. Root (sans carte bleue)

Galerie(s) Photos :
- 2012-04-04 - Liza Del Sierra, Jasmine Arabia et Mike Angelo dans un trio endiablé avec anal (Mangez-moi)

Vidéo(s) gratuite(s) :
- Mangez-moi : bande-annonce 1


1 Commentaires
Nouvelle Vague
Publié le 08 Janvier 2012 à 11h01 | Par charmontel
La bande annonce témoigne dans la comédie de ce qu'on peut faire avec un grand capteur à condition de s'en donner la peine ce qu'on prône avec Sevenart depuis près de deux ans.Un bon B.Root en perspective ,dans l'école de ce que j'avais nommé la Nouvelle Vague du porno français.Et Liza qui est vraiment au Top des artistes françaises et qui méritent non seulement une couverture de Hot,mais des récompenses, pour ce rôle et tous les autres. On ne peut que remercier jean d'avoir ouvert la voie avec brio.
Ajoutez votre commentaire :
Titre (*)
Votre nom ou pseudo (*)
Tapez ici votre texte (*)
(*) champ obligatoire
Conditions d'utilisation :

Les commentaires sont rédigés par les internautes et non par les rédacteurs de X-Intime.

Il est interdit d'écrire des commentaires contraires aux lois françaises. Les messages injurieux, les messages à caractère raciste, les informations sans rapport avec l'article et/ou X-Intime, les messages à caractère publicitaire ne seront pas tolérés.

Les messages sont validés par la rédaction avant publication. X-Intime se réserve le droit de supprimer les commentaires ne respectant pas sa charte éditoriale.

Le commentaire une fois diffusé ne peut etre supprimé ou modifié qu'en envoyant un email via le formulaire Contact.
Partagez cette page
  Réagissez (1)
Avez-vous aimé ce film ?
Note des lecteurs :
(Nombre de votants : 21)
Votre note :
Copyright © 2009-2011 X-Intime.com - Tous droits réservés
[ Contactez-nous ! ] - [ Qui sommes nous ? ]
Derniers articles intégrés :
Sortie de Femme de Vikings, de Carl Royer || EquinoXe, la bande-annonce || Le photographe Roy Stuart expose à Paris || Les carnets secrets d'Erich von Götha || Eros Hugo, entre pudeur et excès || Ce soir, soirée Pigalle à la Musardine || JBR dévoile le scénario de son prochain film || Un club de foot sponsorisé par Jacquie & Michel || Apprenez à contrôlez votre éjaculation || John B. Root lance un site glamour

Dernières personnalités intégrées :
Briana Bounce || Marie Clarence || Inès Lenvin || Lena Nitro || Felicia Kiss || Leyla Morgan || Doryann || Jessie Jay || Luzy Miss || Mey Max || Francys belle || Kacey Kox || Alice Leroy || Charlie F. || Luna Rival || Eva Lovia || Stéphanie || Syam || Héloise || Rachel Adjani

Derniers films intégrés :
Comptable (La) || Petite effrontée (La) || Inès, infirmière très privée || Cara, secrétaire soumise || Femme est une putain (Ma) || Elles s'offrent à des inconnus || Bienvenue chez moi #3 || Familles à louer (Des) || Ah les Salopes !! || Kill Bill XXX, la parodie || Un instant d'égarement || Femme Infidèle (Ma) || Star déchue (La) || Princesses françaises du X #2 || Jacquie et Michel : demoiselles pour groupes d'hommes || Parking : baise interdite niveau 2 || Fille à Papa || Première orgie pour ma femme || Fellations extrêmes || Petit Chaperon Rose (Le)

Dernières scènes intégrées :
MMM100 : Luzy Miss, veuve en manque de bite || MMM100 : Francys Belle, Mey Mex et Sabrina Deep, thérapie de groupe ou partouze ? || French-Bukkake : Angela Kiss de retour || MMM100 : Liz Rainbow lui lustre les boules || French-Bukkake : Natacha Guapa, le bukkake || MMM100 : Krystal Wallas, secrétaire multi taches || MMM100 : Julia Gomez et Valentina Bianco || French-Bukkake : Anaïs, le casting || MMM100 : Alycia Lopez : Larry se tartine une beurrette || MMM100 : Angela Steel, esclave sexuelle enculée || French-Bukkake : Dora || MMM100 : Tina Kay, traitement VIP || French-Bukkake : Angela Kiss || MMM100 : Nora Luxia, coach ultra sexy || Luxure : Manon Martin, libertine || French-Bukkake : Melissa Milah || French-Bukkake : Loana || French-Bukkake : Nora Luxia, 24 heures avec Pascal Op || MMM100 : Gabriela Flores punie car elle se soulage dans le jardin || MMM100 : Silvia Griso, vengeance porno